Il n’est pas rare d’être confronté aux difficultés de financement des projets au sein d’une entreprise. Bon nombre de responsables savent qu’il existe des subsides régionaux, mais combien disposent de suffisamment de temps pour entamer des recherches, qui pour la plupart, impliquent de longues démarches administratives ?

 

Pour le secteur agroalimentaire, il existe toute une série d’aides et de subventions dont les entreprises et les porteurs de projet peuvent avoir recours lors de la création ou du développement de leurs activités, qu’elles soient innovantes ou non.

Dans cet article, nous exposerons les différents niveaux de subventions pour les entreprises du secteur dont le siège d’exploitation est situé en Région wallonne. Nous citerons les différentes compétences et les avantages que peut apporter le service Keyfood (plateforme coordonnée par Wagralim), et ce, tout au long de votre démarche d’accompagnement.

 

Aides de premier niveau (DGO6, AWEX et DGO4) : les chèques-entreprises

 

Suite à la réforme de 2017 qui vise notamment à la simplification des processus de gestion des aides, à la lisibilité de celles-ci et à une numérisation totale, les aides de premier niveau sont rassemblées au sein d'un portefeuille intégré, communément appelé « chèques-entreprises ».

 

Ce dernier couvre l'ensemble des besoins des entreprises en vue de promouvoir l'entrepreneuriat ou la croissance : des prestations allant de la formation à la création d'entreprises, du coaching à destination des porteurs de projet, en vue de l’accompagnement dans la mise en œuvre de leur projet, ainsi que des conseils délivrés par un prestataire de services, visant le porteur de projet ou la PME à mieux développer son projet ou à déterminer en amont la faisabilité du projet.

 

Aides de deuxième niveau : subventions liées à la R&D et à l’innovation technologique

 

La « R&D » est un élément majeur de la croissance par l'innovation pour le monde de l’entreprise. Ces activités permettent entre autres d’améliorer leur production en termes de capacité, de qualité, de gestion environnementale, ou afin de créer de nouveaux produits, si possible en accord avec les orientations marketing.

Cependant, certaines PME ne possèdent pas toujours un département dédié à cette mission bien précise. Des collaborations peuvent donc s’établir avec des laboratoires, émanant des universités, centres de recherche, etc.

 

Dans un objectif d’incitation à l’innovation technologique, voici quelques propositions de la part des autorités au niveau :

 

Fiscalité

  • Déduction fiscale ;
  • Dispense partielle de versement de précompte professionnels sur les salaires des chercheurs.

 

Innovation technologique (DGO)

 

Des mécanismes de subventions spécifiques existent pour les PME en vue de lever les incertitudes financières et techniques relatives à tout projet industriel et, ainsi, démontrer la faisabilité d’un projet.

 

Ces aides permettent à l’entreprise de développer des moyens financiers, humains ou technologiques nécessaires à la concrétisation de ses objectifs :

 

- Internes

 

Aide financière couvrant la charge salariale d’un(e) Responsable Projet de Recherche, pour soutenir, par exemple :

  • Conception d’un nouveau produit, l’étude d’un nouveau procédé de fabrication en recherche industrielle ou en développement expérimental.
  • Mise en forme et l'utilisation de connaissances et de techniques scientifiques ou technologiques en vue de mettre en place des nouveaux produits.

 

- Externes

  • Support technique : recourir à un organisme externe pour la réalisation de prestations techniques (analyses, essais, etc.) en s’inscrivant dans une démarche préalable à de la recherche industrielle ou du développement expérimental d’un procédé ou d’un produit.
  • Conseil en marketing stratégique dans le but d’évaluer le potentiel commercial d’un produit ou procédé.
  • Transfert de technologie : évaluer et estimer le potentiel de valorisation d’une technologie utilisée hors de l’entreprise.
  • Etude du développement et de la faisabilité de logiciel d’intérêt industriel.
  • Dépôt ou extension de brevet.

 

D’autres mécanismes d'aides permettent le financement de projets de recherche industriel et de développement. On retrouve notamment les aides classiques qui proposent des subventions dans le cas de projet de recherche industrielle ou de l’avance récupérable en développement expérimental. Il y a un réel avantage de faire appel au pôle de compétitivité Wagralim pour un projet de recherche déposé par un partenariat d’innovation technologique. Cela offre aux entreprises un accès à des taux de subventions plus importants et une couverture de risque plus élevée.

 

La plateforme Keyfood, via son pilier « Aide & Implantation », conseille et accompagne les entreprises agroalimentaires dans le cadre du montage de dossier de certains subsides en vue de la concrétisation des projets d’entreprises.

 

« Le temps me manque pour chercher de manière active les subsides. Les méthodes d’obtention des subsides sont compliquées. Keyfood a toutes les compétences dans le domaine et est un acteur incontournable pour aider les PME. Il s’agit d’un réel support du démarrage jusqu’au dépôt du projet à la RW. Si le subside RPR est octroyé à la société, cela nous permettra de réaliser le développement en R&D dont nous avions besoin pour notre croissance. »

 

graines de curieux

 

 

    Isabelle Coupienne, CEO Founder chez Land Farm and Men

 

 

Keyfood, c’est aussi un accompagnement personnalisé dans la recherche, l’identification, du conseil quant aux procédures liées aux subventions qui pourraient aider les entreprises à réaliser un projet ou répondre à un besoin spécifique.

 

Votre entreprise rencontre un frein économique pour concrétiser un projet de développement de produit ?

 

Notre conseillère Keyfood, Amandine Marinx, analysera votre demande et vous informera des subsides dont vous pourriez bénéficier.

 

Nouveau call-to-action