Dans un contexte si particulier avec une accélération du e-marketing et face à des consommateurs de plus en plus soucieux de leur alimentation, les investissements dans les Foodtechs augmentent fortement. Entre 2014 et 2018, ceux-ci se sont élevés à 4,2 milliards d’euros en Europe !

Qu’est-ce que la FoodTech ?

“La FoodTech est l’ensemble des startups et des entreprises du domaine alimentaire (de la production au consommateur final) qui innovent sur les produits, la distribution, le marché ou le modèle économique.”

 

La Foodtech se compose de 6 catégories :

 

1) L’AgTech

Les AgTech sont les entreprises et les start-ups qui inventent l’agriculture du futur via, par exemple :

  • Des logiciels de gestion agricole qui ont pour but de soutenir les agriculteurs dans la gestion, l’organisation et l’optimisation de l’ensemble des tâches de leur exploitation ;
  • Le développement de fermes urbaines qui ont pour mission de produire en milieu urbain et d’augmenter les rendements en préservant l’environnement dans des fermes de nouvelle génération.

Quelques exemples en Belgique

  • VeLiRe : projet de Pôle collaboratif ayant pour but de mettre au point des éclairages complets de technologie LED adaptés à différentes variétés de végétaux agroalimentaires afin d’en maximiser le développement ;
  • Botalys : cette start-up développe l’hydroponie, une technologie hautement innovante et un procédé unique au monde destinés à la culture de plantes rares ;
  • Urbancropsolutions : Pionnier sur le marché de l’agriculture verticale en intérieur, cette société propose des fermes de conteneurs et des usines de plantes pour cultiver indoor.

agtech

 

Le point de vue de notre expert Matthieu Vincent, fondateur de DigitalFoodLab : « L’agTech est le domaine « historique » où la FoodTech européenne est active depuis près de 10 ans. Certains sous-domaines comme l’usage d’insectes pour l’alimentation animale (Ynsect, Protix) ou les fermes urbaines (InFarm) comptent mêmes des leaders mondiaux. Cependant du fait de la régulation (entre autres), les startups à la frontière entre biotech et agtech sont moins avancées en Europe sur les thématiques de cross-breeding ».

 

2) La FoodScience 

Ces entreprises et startups se consacrent à répondre à l’envie des consommateurs de se tourner vers des produits alimentaires plus transparents, sains et meilleurs pour l’environnement en faisant appel à différentes compétences scientifiques.

 

Certaines se caractérisent par l’innovation et l’utilisation d’ingrédients dits “révolutionnaires” (novel food) ou originaux. Parmi elles, on peut citer :

  • Celles actives dans les “future foods” tels que les insectes apéritifs, les viandes non issues de l’élevage animal, les sauces sans oeufs, …
  • Celles proposant de nouvelles formes de boissons et faisant découvrir de nouveaux ingrédients qui favorisent une vie plus saine.

Quelques exemples en Belgique

  • Unisensor : une entreprise ayant développé son expertise dans la sécurité alimentaire avec des solutions pour détecter les antibiotiques, les mycotoxines, la fraude alimentaire dans les produits laitiers, les céréales, le miel, la viande …
  • Peace of Meat : startup flamande travaillant sur du foie gras « cell-based » ;
  • B-Blue : boisson rafraîchissante capturant les bienfaits de la spiruline. Celle-ci est cultivée en Bretagne et extraite à froid afin de conserver ses qualités.

Ce qu'en dit notre expert : « Il s’agit du domaine qui suscite le plus de commentaires, notamment depuis les succès de Beyond Meat en bourse. Alors que depuis quelques années ce domaine explose en nombre de startups et en nombre d’investissements, il n’arrive pas à passer à l’échelle au niveau européen. Des marchés fragmentés, des consommateurs différents et des réseaux de distribution non intégrés rendent difficiles l’existence d’un marché européen. On peut s’attendre encore à de nombreuses révolutions dans les dix prochaines années, avec des startups dans les protéines alternatives, le packaging et les compléments alimentaires personnalisés ».

 

3) La FoodService

foodservice

 

Ces startups se développent dans le but de réinventer la restauration via par exemple :

  • Des plateformes de réservation de nouveau genre : réserver une table de restaurant, en bénéficiant de réductions, redistribuer les invendus alimentaires…
  • Des solutions de catering : des services pour améliorer la gestion des lieux de restauration, des entreprises connectant les clients avec des chefs amateurs ou professionnels pour de nouvelles expériences culinaires…

Quelques exemples en Belgique

  • RestoMinute : est une plateforme permettant de réserver des tables dans des restaurants en « last minute » et de bénéficier d’une réduction sur l’addition. Le concept permet aux restaurateurs d’augmenter leur chiffre d’affaires en remplissant leurs tables vides ;
  • Deliverect : permet aux restaurants et chaînes de restaurants la gestion de leurs plateformes de livraison en collectant toutes les commandes en un 1 seul endroit. L’une des plus belles foodtechs belges !

Matthieu Vincent : « Le foodservice est un autre point fort de la FoodTech européenne. Avec des startups bien développées (dans plusieurs pays), les services de paiement sont aujourd’hui le sous-domaine le plus visible. Ces nouvelles caisses connectées agissent comme des hub où viennent se greffer d’autres services (souvent développés par d’autres startups) qu’il s’agisse de programmes de loyauté ou de solutions de recrutement. Un domaine en émergence et à surveiller est celui des robots cuisiniers qui permettront, à terme, l’automatisation de tout ou en partie de la restauration rapide. »

 

4) Le Coaching

Ces entreprises offrent des solutions B2B avec l’objectif de satisfaire le consommateur final soucieux de son alimentation et ayant des interrogations telles que : quels ingrédients sont “bénéfiques pour ma santé ?”, comment “mieux gérer mon alimentation” en vue d’atteindre mes objectifs personnels ?”… 

 

Ces entreprises proposent par exemple :

  • Des recettes en ligne sous forme de jeux interactifs ou de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ;
  • Des expériences culinaires via des expéditions touristiques autour de leur lieux de production (brasserie, vignoble…) ou l’accès à des cours de cuisine.

Quelques exemples en Belgique

  • Youmeal : un logiciel de gestion de recettes conçue par et pour des experts en vue de redonner confiance aux clients de la restauration collective et commerciale ;
  • Smartwithfood : cette application est orientée consommateur et utilise un système de scan pour savoir si un produit répond à vos besoins ou préférences alimentaires. L'objectif : favoriser un régime alimentaire sur mesure.

Le point de vue de notre expert : « Le coaching est un peu le parent pauvre de la FoodTech européenne. Les consommateurs ont montré un grand appétit pour utiliser les différentes applications les conseillant dans leurs courses mais sont beaucoup moins enclins à payer pour ces services. Il en va de même pour toutes les applications ou services de coaching nutritionnel qui ont du mal à faire passer au consommateur européen la barre du payant. »

 

5) Le Delivery

delivery

 

Ces entreprises et startups ont pour vocation de répondre aux défis que posent la livraison alimentaire, le besoin de faire des courses, la préparation des repas au sein des restaurants ou à domicile …

 

Parmi les FoodTechs qui agissent dans le domaine du service, on peut citer :

  • Les Boxes découvertes : chaque mois un thème est abordé et fait découvrir aux consommateurs des produits sélectionnés par des experts ou encore issus des 4 coins du monde ;
  • Les marketplaces mettant à disposition des plateformes telles que des « farm to home » ou la possibilité d’acheter dans plusieurs magasins en une fois.

Quelques exemples en Belgique

  • Little Green Box : une boîte repas belge, locale, bio et zéro déchet ;
  • Kazidomi : une marketplace désirant rendre l’alimentation biologique plus accessible ;
  • Homifood : une box repas déjà cuisinée par des chefs et livrée gratuitement avec des ingrédients bio et locaux !

Matthieu Vincent : « Concentrant la majorité des investissements, le delivery est le domaine le plus visible. Avec une croissance à marche forcée depuis 6 ans, les startups de livraison de plats de restaurants sont aujourd’hui dans une phase de consolidation (fusion Takeaway / Just Eat, vente des activités de Delivery Hero Europe à Takeaway, etc.).


Il s’agit, maintenant que le capital sera moins disponible, d’atteindre la rentabilité. Il est intéressant de voir les différents modèles déployés, notamment ceux d’intégration verticale comme celui de Deliveroo. La startup britannique propose maintenant à « ses » restaurateurs un service d’approvisionnement en produit frais ainsi que des services de gestion. À moyen terme cet écosystème devrait voir en Europe l’émergence de marketplaces réinventant les courses à l’exemple de Supermercato24 en Italie ou Matsmart en Suède. »

 

6) Le Retail

Ces entreprises et startups innovent dans le secteur de la distribution alimentaire, de l’intégration du digital, dans la supply chain ou encore de l’amélioration de l’expérience client en magasins.

 

Par exemple, celles-ci innovent dans :

  • La fidélisation client : elles cherchent à créer des liens entre les marques et le consommateur final et à fournir des informations aux industriels sur les comportements du client en magasin ou en restaurant ;
  • Les solutions “omnichannel” en vue de digitaliser, connecter et gérer tous les canaux de vente, en magasin et hors magasin.

Quelques exemples en Belgique 

  • LR Physics : une start-up dédiée à fournir des données de marchés et de produits aux entreprises désireuses de tester leur business aux États-Unis et en Europe ;
  • Level IT : une entreprise qui fournit des solutions informatiques sur mesure pour améliorer la productivité, la collaboration et l’intelligence collective.

Le point de vue de DigitalFoodLab : « Le retail est encore sous-développé en Europe alors que ce domaine a énormément de potentiel. Pour les entrepreneurs, il s’agit de l’opportunité d’accompagner les distributeurs et industriels traditionnels vers la digitalisation et une présence multi-canal. 

 

Conclusion

Si vous pensez que les avancées technologiques peuvent réinventer votre entreprise et que vous avez pour vocation de développer une idée innovante, Wagralim peut vous aider ! Qu’il s’agisse d’un projet collaboratif, international ou en réseau, nous pouvons vous mettre en contact avec plusieurs entreprises afin de développer la nourriture de demain.

 

idée, concept, projet dans l'agroalimentaire

 

Sources

https://www.digitalfoodlab.com/