La 5ème édition de la Tournée Minérale a démarré le 1er février. Une opération qui consiste à encourager les Belges à se passer d’alcool durant un mois. En 2020, ce sont près de 2 millions de nos concitoyens qui ont déclaré y avoir pris part !

 

Leurs motivations ? La santé bien sûr, mais aussi la volonté de surmonter un défi personnel, ou tout simplement de faire une pause avec l’alcool.

 

Une initiative qui s’inscrit aussi dans une tendance globale où les boissons « Low and No » (avec peu ou sans alcool) connaissent un engouement généralisé.

 

Une tendance fortement ancrée

En janvier 2020, l’un des géants mondiaux du secteur des spiritueux, Bacardi, a mené une étude dans les bars de 100 villes à travers le monde, à la recherche des nouvelles tendances. Dans ce rapport 2020 Cocktail Trends Report, 83% des barmen ont mentionné la popularité des boissons faibles en alcool. L’étude Google Trends de 2019 a, quant à elle, vu une augmentation de 42% du nombre de recherches de recettes de mocktails (cocktails sans alcool) sur sa plateforme. 

 

En Grande-Bretagne, d’où la campagne de santé publique « Dry January » (janvier sobre) est originaire, on s’attend même à une croissance de 81% de ce marché. Un succès qui ne semble pas être seulement lié à un public niche, selon Bacardi, mais qui dénote d’une nouvelle habitude de consommation, plus large et surtout sur le long terme.

 

Sur le modèle du mindful eating (alimentation consciente), s’est ainsi développé le mindful drinking, avec des ouvrages dédiés et même le premier festival sans alcool, qui a eu lieu à Londres en 2017.

 

Distillations de plantes et thé pétillant

Chez Bacardi, la marque a déjà misé sur le 0% d’alcool avec le Martini Dolce Zero, un vin pétillant à base de raisins italiens, tandis qu’elle a également développé une gamme de vermouths sans alcool. Désormais, grâce au Martini Vibrante (rouge) et au Martini Floreale (blanc), aux notes de camomille, le fameux aperitivo italien se déguste à volonté !

 

D’autres marques se sont lancées dans la brèche depuis longtemps déjà, on se souvient d’abord de Seedlip. Apparu sur le marché britannique en 2015, le « premier spiritueux distillé non alcoolisé du monde » offrait une combinaison subtile de distillations de fruits, de légumes (notamment le petit pois) et d’herbes aromatiques. Des produits qui ont séduit les plus grands chefs, comme le Fat Duck d’Heston Blumenthal, et les bars à cocktails les plus courus d’Angleterre. Ils ont aussi attisé l’appétit du géant Diageo, devenu actionnaire majoritaire de Seedlip.

 

En 2017, à Copenhague, le sommelier Jacob Kocemba mettait, lui, au point des thés pétillants conçus comme des mousseux en version zéro alcool ou faibles en alcool (en y ajoutant un peu de vrai vin cette fois), et fondait la Copenhagen Sparkling Tea Company. Des boissons étonnantes et élégantes, obtenues grâce à un blend subtil de thés, de fruits et de plantes. Comme ce Lyserod, sec et fruité, à base de Oolong, de mûres et d’hibiscus.

 

La Belgique, des spiritueux sans alcool aux bières…

En Belgique aussi, plusieurs marques se sont lancées dans le sans alcool pour offrir des alternatives complexes et moins sucrées aux consommateurs.

 

Différentes marques proposent ainsi des « gins » à base de plantes distillées : NONA June, aux notes d’agrumes, située à Wondelgem ; Botaniets, plus épicé, à Bruxelles, et (No) Ghost in a bottle, déclinée en trois versions (herbacé, floral et gingembre) et localisée à Hoeilaart.

 

Précurseur dans le domaine, Funny élabore depuis plus de 30 ans des spiritueux sans alcool 

très colorés, dont les saveurs sont calquées sur des liqueurs existantes (pisang, amaretto…), tandis que chez Vintense on a travaillé sur les vins sans alcool avec un processus unique de désalcoolisation qui permet de conserver les caractéristiques des différents cépages. N'oublions pas également le succès de la gamme de cidre sans alcool de Stassens qui fait pétiller nos apéritifs depuis des années!

 

Qui dit Belgique, dit évidement bières, où le marché sans alcool est aussi en train d’exploser! Selon l'institut Nielsen, les bières sans alcool représentent désormais 4% du marché belge. En 2019, InBev sortait une Leffe blonde 0,0% qui a connu un franc succès. Mais les petits brasseurs s’y mettent aussi, comme Brussels Beer Project, qui a sorti une Pico Bello, un genre de pilsner parfum citron vert, et une Pico Nova, une pale ale chocolatée, les deux à 0,3% d’alcool.  

 

Dans les alternatives pas ou peu alcoolisées d’un autre genre, citons encore Gimber, un concentré de gingembre bio qui sert à préparer des mocktails plein de caractère ou le Brussels kvas. Une boisson d’origine russe à fermentation spontanée, non pasteurisée, et à base de céréales. Preuve aussi que les boissons fermentées comme le kombucha et le kéfir, dont les marques ne cessent de se multiplier sur le marché belge, sont autant d’alternatives de choix pour les non-buveurs d’alcool. 

 

Si vous souhaitez surfer sur cette tendance du sans alcool ou plus particulièrement du "botanical", ce mariage complexe avec l'univers des plantes, herbes ou racines, Wagralim peut vous aider à imaginer les boissons aux saveurs originales de demain grâce à son réseau d'experts (barmen, sommeliers, journalistes spécialisés,...) au fait des tendances internationales du secteur.

 

N'hésitez pas à contacter johann.darchambeau@wagralim.be !