La nécessité de diversifier nos sources de protéines s’impose pour de nombreuses raisons, qu’elles soient environnementales ou nutritionnelles, et s’est encore accentuée depuis la crise du Covid-19. Les ventes de substituts ultra-réalistes à la viande, aux produits laitiers mais aussi aux produits de la mer et aux œufs se développent rapidement en Amérique du Nord et en Asie, et arrivent sur les marchés européens.

 

Des start-ups à la pointe de l’innovation

Impossible Foods (protéines végétales), Innovopro (pois chiche) ou encore Nature’s Fynd (agriculture cellulaire) ont récemment réalisé d’importantes levées de fonds. En effet, elles sont soutenues financièrement par les principaux fabricants d’ingrédients mondiaux ainsi que par de grands groupes de l’industrie agroalimentaire.

 

Cependant, pour évaluer les perspectives de ces différentes protéines alternatives, il convient de bien prendre en compte leur impact environnemental global, les conséquences de leur consommation sur la santé, les aspects réglementaires ainsi (et surtout) que l’acceptabilité des consommateurs.

 

Une évolution du comportement des consommateurs

De nos jours, la croissance de l’alimentation particulière est indéniable. Que ce soit pour des raisons de santé, d’allergies, d’intolérances ou encore de choix, nous remarquons un changement du comportement des consommateurs.

 

Certains vont jusqu’à exclure les produits d’origine animale de leur alimentation. On observe ainsi une montée du végétarisme depuis quelques années, et plus encore du flexitarisme (volonté de réduire sa consommation de viande), qui représente aujourd’hui plus d’un tiers de la population dans les pays développés.

 

Les substituts des produits laitiers ont le vent en poupe également. Aux USA, ils représentaient 14% des ventes de lait. Les substituts à la viande ne représentent encore que 1% du marché de la viande, mais leurs ventes sont en forte croissance. 

 

A plus long terme, les prévisions de la croissance démographique imposent de trouver des alternatives pour nourrir la population. En effet, il faudrait doubler la production agricole mondiale si l’ensemble des pays se mettait à consommer autant de viande que les USA (le plus gros consommateur actuel). Or, étendre l’élevage représente une difficulté et possède ses limites. C’est là que les protéines alternatives entrent en jeu.

 

Wagralim se penche sur la question lors de son event annuel

Beaucoup de start-ups étudient et développent des protéines alternatives en essayant d’obtenir des produits savoureux.

 

Les protéines végétales sortent du lot, en termes d’investissements, et dépassent de loin toutes les autres alternatives. Ce sont celles qui se développeront à court terme en Europe.

 

Les protéines à base d’insectes n’ont pas le même succès. Elles souffrent d’un cadre réglementaire contraignant en Europe mais aussi d’un manque d’appétence de la part des consommateurs. Celui-ci est principalement dû aux différences culturelles et culinaires. En ce qui concerne l’alimentation animale, en particulier l’aquaculture, de nombreuses start-ups se focalisent à présent sur celle-ci.

 

Les investissements dans la viande in vitro se sont, quant à eux, multipliés dans plusieurs régions du monde. L’agriculture cellulaire (production de protéines par fermentation grâce à des micro-organismes) est également de plus en plus tendance.

 

Pour conclure, selon Céline Laisney, oratrice à notre event annuel online : « Il n'y aura pas une protéine alternative miracle qui va tout remplacer, mais plutôt une complémentarité entre protéines animales et végétales, et une variété beaucoup plus grande de sources de protéines. »

 

Pam Ismail, de la Protein Division Chair 2019/20 Of IFT (Université du Minnesota), sera également de la partie et présentera leur recherche sur les protéines végétales et le maintien du goût dans l’utilisation de ces protéines.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur les protéines végétales, ne manquez pas le Food Connections : https://foodconnections.b2match.io/home

 

Sources :

Céline Laisney

https://www.hl-network.com/post/alternativefoodforum-covid19-deux-ans-apr%C3%A8s-quid-des-pr%C3%A9visions

https://www.iar-pole.com/wp-content/uploads/2020/04/pf-1.pdf

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-vers-la-fin-de-la-viande-1182119

https://www.youtube.com/watch?v=PlsaLbrgE9c&t=543s